Vaincre la peur de l’échec – faire face à la peur et avancer

en Développement personnel

Avez-vous jamais eu si peur d’échouer que vous avez décidé de ne pas essayer du tout? Ou inconsciemment, vous avez miné vos propres efforts pour éviter la possibilité d’un plus grand échec ?

Beaucoup d’entre nous ont probablement connu ce problème à un moment ou à un autre. Comme un des lecteurs de Pensées Positives, qui m’a écrit récemment:

¨Chaque fois que je veux m’engager à faire quelque chose, j’ai peur de m’engager ou de m’approcher de la personne qui doit m’aider. Ce qui fait que je rate beaucoup d’occasions pour mes projets. Comment faire? ¨

La peur de l’échec peut être paralysante  – elle peut nous amener à ne rien faire, et donc résister à aller de l’avant. Mais quand nous laissons la peur arrêter notre marche en avant dans la vie, nous sommes susceptibles de rater de belles occasions en cours de route.

Dans cet article, je vais examiner la peur de l’échec: ce qu’elle signifie, ce qu’elle provoque, et comment la surmonter pour jouir d’une vraie réussite dans le travail et dans la vie.

Les causes de la peur de l’échec

Pour trouver les causes de la peur de l’échec, nous devons d’abord comprendre ce que «l’échec» signifie réellement.

Nous avons tous des définitions différentes de l’échec, simplement parce que nous avons tous des repères, des valeurs et des systèmes de croyance différents. L’échec pour les uns pourrait simplement être une grande expérience d’apprentissage pour les autres.

Beaucoup d’entre nous ont peur d’échouer, au moins une partie du temps. Mais la peur de l’échec (aussi appelée atychiphobie), c’est quand nous permettons à cette peur de nous empêcher de faire ce qui pourrait nous faire progresser en vue d’atteindre nos objectifs.

La peur de l’échec peut être liée à de nombreuses causes. Par exemple, avoir des parents trop critiques est une cause pour certaines personnes. Parce qu’elles ont été systématiquement découragées ou humiliées dans leur enfance, elles portent ces sentiments négatifs à l’âge adulte.

Vivre un événement traumatique à un moment de votre vie peut aussi être une cause. Par exemple, disons qu’il y a quelques années vous avez donné une présentation importante devant un public nombreux, et ça ne s’est pas bien passé. L’expérience a été si terrible que vous avez développé une peur de l’échec pour toute autre chose. Et vous portez cette peur même maintenant, des années plus tard.

Les signes de la peur de l’échec

Vous pouvez rencontrer certains des  symptômes suivants si vous avez peur de l’échec:

  • Une réticence à essayer de nouvelles choses ou à s’impliquer dans des projets stimulants.
  • Auto-sabotage – la procrastination, l’anxiété excessive, ou l’échec dans la poursuite d’un but.
  • Faible estime ou faible confiance en soi – souvent utilisant des déclarations négatives telles que «Je ne suis pas assez intelligent pour faire partie de cette équipe» ou «Je ne serai jamais assez bon pour obtenir cette promotion».
  • Le perfectionnisme – une volonté d’essayer de faire uniquement ce que vous maitrisez et ce que vous vous attendez à finir parfaitement et avec succès.

 L’échec – une question de point de vue

 Il est presque impossible de traverser la vie sans éprouver une sorte d’échec. Les gens qui n’éprouvent pas l’échec pendant leur vie vivent probablement avec tant de prudence qu’ils ne vont nulle part. Ils n’avancent pas et ils ne profitent pas de la vie.

La chose merveilleuse au sujet de l’échec, c’est qu’il est entièrement à nous de décider comment le percevoir.

Nous pouvons choisir de voir l’échec comme «la fin du monde», ou comme une preuve que nous ne sommes pas en adéquation avec les objectifs fixés. Nous pouvons aussi regarder l’échec comme une expérience d’apprentissage incroyable, ce qu’il est souvent. Chaque fois que nous échouons à quelque chose, nous pouvons choisir de tirer la leçon que nous sommes censés apprendre. Ces leçons sont très importantes, elles nous aident à grandir et nous empêchent de faire à nouveau la même erreur. Les échecs nous arrêtent uniquement si nous les laissons le faire.

La plupart d’entre nous va trébucher et tomber dans la vie. Des portes vont se fermer devant nous et nous pourrions prendre quelques mauvaises décisions. Mais, pensez aux possibilités que vous allez manquer si vous laissez vos échecs vous arrêter.

L’échec peut aussi nous apprendre des choses sur nous-mêmes que nous n’aurions jamais appris autrement. Par exemple, l’échec peut vous aider à découvrir vos forces. La défaite peut vous aider à découvrir vos vrais amis, ou trouver une motivation inattendue pour réussir.

Souvent, les idées les plus innovantes  naissent après un échec. Accepter et apprendre  de ces idées est la clé pour réussir dans la vie.

Vaincre la peur de l’échec

Il est important de réaliser que dans tout ce que nous faisons, il y a toujours une chance d’échouer. Faire face à ce risque et l’accepter, c’est non seulement courageux – cela nous donne aussi une vie plus pleine et gratifiante.

Cependant, voici quelques façons de minimiser la peur de l’échec:

  • Analyser tous les résultats possibles – Beaucoup de gens ont peur de l’échec car ils craignent l’inconnu. Eliminez cette peur en tenant compte de tous les résultats possibles de votre décision.
  • Apprendre à penser positivement – La pensée positive est un moyen incroyablement puissant de construire la confiance en soi et de neutraliser l’auto-sabotage.
  • Regarder le pire scénario – Dans certains cas, le pire scénario peut-être vraiment désastreux et il peut être parfaitement rationnel de craindre l’échec. Dans d’autres cas, cependant, l’éventuel échec peut ne pas être si grave que ça. Et si vous le reconnaissez, cela peut vous aider à vaincre votre peur.
  • Avoir un plan d’urgence – Si vous avez peur d’échouer à quelque chose, avoir un «plan B» en place peut aider à vous sentir plus confiant pour aller de l’avant.
  • Demander de l’aide. Contactez des gens qui font la même chose, qui ont l’expérience. N’ayez pas peur. Ces gens, comme vous, ont été à votre place. Ils ont fait le même chemin. Ils ne vont pas refuser de vous donner des conseils, des sources et d’autres informations pratiques.
  • Penser à des opportunités ratées – Si vous n’essayez pas, vous aller le regretter toute votre vie. Et même si vous échouez, au moins, vous aurez essayé et vous pourrez continuer votre vie sans regrets, avancer et vous concentrer sur de nouveaux projets.

Etablissement d’objectifs

Si vous avez peur de l’échec, vous pourriez être mal à l’aise pour fixer de nouveaux objectifs. Mais les objectifs nous aident à définir où nous voulons aller dans la vie. Sans objectifs il est difficile de s’orienter vers un but ultime.

De nombreux experts recommandent la visualisation comme un outil puissant pour l’établissement d’objectifs. Imaginant comment sera la vie après avoir atteint votre objectif est une grande source de motivation pour avancer.

Cependant, la visualisation peut produire des résultats contraires sur ceux qui ont peur de l’échec. Le chercheur Thomas Langens a montré que les personnes souffrant d’atychiphobie  réagissent très négativement quand on leur demande de visualiser l’atteinte de leur objectif.

Alors, que pouvez-vous faire à la place?

Commencez par établir des objectifs atteignables. Pensez à ces objectifs comme des premières victoires qui sont conçues pour vous aider à stimuler votre confiance.

Par exemple, si vous avez eu trop peur de parler au nouveau chef de service (qui a le pouvoir de vous donner la promotion que vous voulez), faites-en votre premier objectif. Prévoyez de passer par son bureau au cours de la semaine prochaine pour vous présenter.

Or, imaginez que vous avez rêvé de retourner à l’école pour obtenir votre MBA, mais vous êtes convaincu/e que vous n’êtes pas assez intelligent/e pour être accepté/e dans une école de commerce. Fixez un objectif de parler avec un conseiller scolaire ou responsable des admissions pour voir ce qui est nécessaire de faire pour être admis.

Essayez de faire de vos objectifs de petits pas sur la voie des objectifs beaucoup plus importants. Ne vous concentrez pas sur l’image finale: obtenir la promotion ou son MBA. Il suffit de vous concentrer juste sur la prochaine étape: de vous présenter au chef de service et de parler à un agent des admissions. C’est tout.

Franchir un petit pas à la fois contribuera à renforcer votre confiance, à vous faire avancer, et vous empêcher d’être submergé par la vision de votre objectif final.

Pour finir je vais partager avec vous une belle citation de Théodore Roosevelt sur l’échec :

¨C’est dur d’échouer, mais c’est pire de n’avoir jamais essayé de réussir¨

La prochaine fois, lorsqu’une opportunité se présente, sautez sur elle, ne passez pas à côté.

Bonne journée,

Tsveti

Photo  elizabetheastcobber

{ 10 commentaires… laissez un commentaire }
  • Elyse Fév 10, 2015

    juste pour toi et moi

    Répondre
  • Caro Juin 28, 2015

    Le plus compliqué quand on est dans le scion de la peur, c’est qu’on ne se rend pas compte quelle nous possède car on ne s’écoute plus, on ne s’entend plus, c’est la peur qui domine et nous empêche de vivre. Mais il faut savoir s’écouter et comprendre que c’est la peur qui nous parle. Le plus dur semble d’y faire face.
    Faisons face à nos peurs nous en sortirons grandis!
    Merci pour cette article Tsveti il est si vrai!

    Répondre
  • Sterla Jan 28, 2016

    Merci pour cet article . Cette peur m’empêche même de respirer.

    Répondre
    • Sebastien Mar 23, 2016

      J’ai eu une évolution de poste et c’est la deuxième que l’on me propose se poste et la peur reviens ventre noué peur le stress peur sa me bloque encore que faire ??? Svp…. aidez moi !!!

      Répondre
      • Tsveti Mar 27, 2016

        Sebastien, tu devrais être content de cette opportunité. S’ils te proposent ce poste, ils on confiance en toi.
        De quoi as-tu peur exactement? Essaye de définir et comprendre tes peurs et tu vas voir que ce n’est pas si terrifiant que ça. Puis, si c’est plus clair pour toi, tu trouveras plus facilement des solutions.
        Tu pourrais lire l’article sur les peurs qui empêchent notre évolution que j’ai publié récemment. J’espère que ça t’aidera de voir le bon coté de ce changement et avoir le courage de l’affronter.

    • Til Août 12, 2016

      Comment je vous comprend c pareil pour moi. Je stresse et ca m enleve beaucouo d opportunitees. Peur de ne pas etre a la hauteur pour des nouveaux travails par exemple. Ducoup je stresse et je fait des bétises.

      Répondre
  • Dupont claude Sep 19, 2016

    bonjour Mr et Mme.
    j’ai lue votre texte attentivement , mais j’ai lue les passages qui me consernait , c’est vrais que j’ai la peur en moi et je me rend pas compte , mais je suis têtue si on fait un calcul ,peur + têtue c’est beaucoup en moi , mais je suis quelqu’un de brave je rend les services à autrui , mais je n’aime pas que l’on me soumette , que l’on me dise que je ne suis pas capable , ou que je ne connait riens ), car c’est à ce genres propos-la que je me laisse pas faire et je monte le ton , si je peut vaincre la peur peut-être que je me sentirez plus Ford , et alors il me restera encore de trouver le travail pour éliminez la têtue en moi-même , merci de ma par , bien à vous .

    Répondre
  • Estelle PERIDONT Avr 5, 2017

    Un grand merci pour cet article et les autres, qui m’apportent une aide précieuse et positive 🙂

    Répondre
    • Tsveti Avr 5, 2017

      Estelle, merci à vous de suivre le blog pendant toutes ces années! Votre soutien est précieux.

      Bonne journée,
      Tsveti

      Répondre
  • Matthieu (Le moment qui compte) Mai 25, 2017

    Bonjour Tsveti,

    je trouve votre article très pertinent car il est bien rédigé, clair et très complet.
    Bravo.

    A bientôt.

    Répondre

Laisser un commentaire