évoluer Cultiver un état d’esprit de développement permet à chacun de progresser dans son développement personnel. La perception de ses propres capacités par chaque individu joue un rôle clé dans sa motivation et sa réussite.

Selon Carol Dweck, professeur en psychologie sociale à Stanford et auteur de « Changer d’état d’esprit : Une nouvelle psychologie de la réussite », il y a deux types d’état d’esprit – l’état d’esprit fixe et l’état d’esprit de développement.

Les individus à l’état d’esprit fixe se disent que leur intelligence et leurs aptitudes sont ce qu’elles sont et que leurs résultats dans la vie ne viennent que prouver leurs compétences. Ils ne croient pas qu’ils puissent s’améliorer.

Les gens avec un état d’esprit de développement pensent qu’il est toujours possible de s’améliorer et de progresser en faisant des efforts et en essayant de nouvelles stratégies.

Mais comment accroitre votre état d’esprit de développement ? Voici quelques suggestions : Lire la suite…

{ 2 commentaires }

La perfection, ce n’est pas de faire quelque chose de grand et de beau, mais de faire ce que l’on fait avec grandeur et beauté.

—Swami Prajnanpad

{ 0 commentaires }

Notre pouvoir ne réside pas dans notre capacité à refaire le monde, mais dans notre habileté à nous recréer nous-même.

—Gandhi

{ 0 commentaires }

Pleure. Pardonne. Apprends. Continue. Laisse tes larmes arroser les graines de ton futur bonheur.

—Steve Maraboli

{ 1 commentaire }

Vaincre la peurJe pense que la peur prend trop de place dans notre vie. Beaucoup disent qu’ils ne passent pas à l’action parce qu’ils ont peur ou que la peur les retient. C’est ridicule, de quoi ont-ils peur ? Nous vivons dans un monde moderne où  les peurs impulsives, celles qui sont liées à une menace physique et naturelle, n’existent plus.

Nous ne sommes pas pourchassés par des bêtes sauvages qui essaieraient de nous attaquer. La plupart des craintes que nous avons sont des pensées contemplatives négatives que nous ressassons et auxquelles nous associons beaucoup de douleur. Comme si la peur était quelque chose d’inconnu et d’effrayant, alors que la plupart du temps elle ne l’est pas.

La plupart de nos peurs sont liées à une mauvaise gestion de nos facultés mentales. Ce n’est pas une impulsion physique générée par notre cerveau qui nous dit de nous battre ou de fuir mais tout le monde veut utiliser cela comme une excuse. Lire la suite…

{ 23 commentaires }

La vie n’est facile pour aucun de nous. Mais quoi, il faut avoir de la persévérance, et surtout de la confiance en soi. Il faut croire que l’on est doué pour quelque chose, et que cette chose il faut l’atteindre coûte que coûte.

—Marie Curie

{ 2 commentaires }

La véritable relation amoureuse est celle dans laquelle la personne aimée est libre d’être soi-même – de rire avec moi, mais jamais de moi; de pleurer avec moi, mais jamais à cause de moi; d’aimer la vie, de s’aimer, d’aimer être aimé. Une telle relation est basée sur la liberté et ne peut jamais se développer dans un cœur jaloux.

—Leo Buscaglia

{ 2 commentaires }

“Ce n’est que dans la liberté individuelle que l’amour et l’humain peuvent fleurir ; et seule une éducation basée sur la connaissance de soi peut offrir cette liberté.”

― Jiddu Krishnamurti

la femme et l'oiseau

La femme et l’oiseau

Il était une fois un oiseau, doté d’une paire d’ailes parfaites aux plumes étincelantes et aux couleurs merveilleuses. Bref, un animal fait pour voler librement dans le ciel, à la plus grande joie de ceux qui l’observaient.

Un jour, une femme vit cet oiseau et s’en éprit. Elle le regarda voler, bouche bée d’admiration, le cœur battant la chamade, les yeux brillants d’émotion. Il l’invita à l’accompagner, et ils volèrent ensemble en complète harmonie. Elle admirait, vénérait, célébrait l’oiseau.

Mais un jour la femme pensa: « Peut-être aimerait-il découvrir des montagnes lointaines ? » Elle eut peur. Peur de ne plus jamais éprouver cela avec un autre oiseau. Et elle se sentit jalouse de l’oiseau et de son pouvoir de voler. Lire la suite…

{ 5 commentaires }

Nous sommes libérés par ce que nous acceptons, mais nous sommes prisonniers de ce que nous refusons.

—Swâmi Prâjnandad

{ 7 commentaires }

Le pot fêléUne vieille dame chinoise possédait deux grands pots, chacun suspendu au bout d’une perche qu’elle transportait, appuyée derrière son cou.

Un des pots était fêlé, alors que l’autre pot était en parfait état et rapportait toujours sa pleine ration d’eau.

À la fin de la longue marche du ruisseau vers la maison, le pot fêlé lui n’était plus qu’à moitié rempli d’eau.

Tout ceci se déroula quotidiennement pendant deux années complètes, alors que la vieille dame ne rapportait chez elle qu’un pot et demi d’eau.

Bien sûr, le pot intact était très fier de ses accomplissements. Mais le pauvre pot fêlé lui avait honte de ses propres imperfections, et se sentait triste, car il ne pouvait faire que la moitié du travail pour lequel il avait été créé.

Après deux années de ce qu’il percevait comme un échec, il s’adressa un jour à la vieille dame, alors qu’ils étaient près du ruisseau. Lire la suite…

{ 19 commentaires }